Bonjour à tous et à toutes,

Si le premier indice, les émotions, vous a paru bien flou, peut être que le second vous apportera un certain éclairage… Il s’agit de « l’intuition ». Vous vous dites déjà : « Oh ! Voilà que l’association « The Next Step – Femmes remarquables » verse dans l’ésotérisme ! Emotions, intuition… Peuh ! ». Que nenni !

D’origine latine, le mot « intuition » dérive du terme « tueor », ce qui signifie « regarder ». « Intueor » signifie « considérer », « décortiquer » ou «regarder attentivement ». L’intuition relève plus de l’introspection, c’est-à-dire de l’analyse approfondie d’un élément, d’un objet ou d’un sujet, que du sixième sens ou du troisième œil !

Photo Art 2

L’intuition est un mécanisme cérébral inconscient qui impacte nos capacités cognitives, émotionnelles ou motrices.

Souvent muette, l’intuition confronte en permanence notre environnement et les phénomènes qui s’y déroulent à notre propre expérience, à notre vécu.

Faisant appel à nos connaissances, empiriques ou non, et à notre mémoire, l’intuition permet de jauger rapidement une situation donnée et de s’y adapter. Bon nombre de professionnels s’appuient sur leur intuition : les pompiers, les médecins, les gendarmes, les négociateurs, les commerciaux, les chercheurs, etc. Parfois, l’intuition permet de prendre une décision très importante, voire vitale, en un éclair. Combien de fois avez-vous entendu « Je savais que cela marcherait ! » ou encore « C’était évident ! » ou « J’avais la conviction que cette idée aboutirait et que ce serait un succès commercial ! ». Si les entrepreneurs ou les chercheurs n’avaient pas la conviction profonde que leurs travaux aboutiraient, ils ne s’engageraient pas dans de telles aventures… Qui travaillerait de façon acharnée, parfois sans être rémunéré, pour un résultat nul ?

Voici un exemple pour illustrer le rôle que peut jouer l’intuition :

Dans un univers économique toujours plus concurrentiel, l’anticipation des besoins du marché est essentielle. En marketing, la détection des signaux faibles, informations fragmentaires et souvent partielles fournies par l’environnement, est un élément stratégique à prendre en compte. En s’appuyant sur une veille importante, c’est-à-dire une surveillance, une recherche et une documentation solides, l’intuition du manager peut rassembler ces signaux faibles et les transformer en certitudes. Le directeur ou le dirigeant pourra ainsi orienter l’activité de sa société.

Pour conclure, si l’intuition nous paraît intangible, évanescente et le plus souvent obscure, et pourtant d’une évidence absolue, il est largement possible de l’expliciter a posteriori. L’expérience du professionnel, la confrontation des opinions, des croyances ou des connaissances avec la réalité, les succès ou les échecs servent notre intuition. Pour être plus précise, nos expériences et diverses expérimentations sont stockées dans notre mémoire et l’intuition puise allègrement dedans pour nous guider au quotidien. Dans l’exemple cité ci-dessus, la détection des signaux faibles va permettre d’établir une analyse SWOT (« strength, weaknesses, opportunities and threats » – traduit littéralement par « forces, faiblesses, opportunités et menaces ») de l’entreprise.

Alors, après avoir lu cet article, diriez-vous que l’intuition est inutile ? Et seriez-vous enclin à affuter cette capacité ?

The Next Step ?

Annelise Bocquet

Un nouvel indice pointe le bout de son nez…
Étiqueté avec :