Pour vivre l’exceptionnel, il faut du talent… mais surtout du courage !

jumping bandeau

 

Chers lecteurs, chères lectrices,

Comme vous l’aurez compris, tous nos éditos ont pour objet le talent – vaste sujet, source inépuisable d’inspiration, de réflexion et de recherche intensive ! Miser sur un talent peut devenir une stratégie pour réussir dans la vie, se réaliser et être reconnu, comme vont en témoigner les nombreux intervenants de l’évènement « Osez les talents » du 20 mars prochain. Néanmoins, le problème avec les talents n’est pas d’en trouver… Avec un peu d’introspection, d’observations ou en dialoguant, il est possible de citer, pour chaque individu, au moins trois talents différents ! Rien de plus simple… Mais avoir « le courage de son talent » représente à lui seul un vrai défi ! Malheureusement, les démons personnels, limitatifs, intrinsigeants, malveillants, voire destructeurs (cf. article « Ose ton talent…quel est ton next step ? »), ne sont pas les seuls facteurs limitant le développement ou l’exploration des talents !

Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879), ayant reçu la médaille d’or royale d’architecture, a déclaré : « Je voudrais tant revenir de là en homme d’un vrai talent ! Et j’ai tellement peur de la médiocrité… ». Exploiter un talent signifie travailler avec acharnement et viser l’excellence ! La médiocrité n’y a pas de place ! Tous les sportifs, les artistes, les artisans passionnés par leur métier, etc., le vivent au quotidien : il s’agit de faire de nombreux sacrifices, de se choisir une vie particulière et de cravacher pour accéder aux sommets de son art ! Il s’agit parfois d’être exclu ou considéré comme fou… Frank Gehry, qui comme E. Viollet-le-Duc exerce avec brio le métier d’architecte, a déclaré ceci : « Mon talent, une folie brillante ? Les grands artistes sont toujours taxés de fous, je crois, donc je devrais être flatté ».

Maintenant, avoir une illumination ou une inspiration peut arriver à tout le monde ! Dans le domaine musical, le terme « one-hit wonder » désigne des tubes chantés par des artistes n’ayant plus jamais connu d’autres véritables succès. D’où viennent ces chansons populaires, toutes issues de talents ou traits de génie éphémères ? Ce phénomène ne se cantonne d’ailleurs pas à la musique… Il est observable dans bien d’autres secteurs tels que le sport (les médailles olympiques), les sciences (la médaille Fields ou les prix Nobel), la littérature (prix Goncourt), etc. Renouveller un exploit relève souvent du miracle ou du génie !!! Globalement, il est possible de considérer que : « Quand un homme a prouvé qu’il a du talent, il lui reste à prouver qu’il sait s’en servir. » (Jules Renard, 1864-1910).

Qu’est ce que cela signifie au juste, « se servir de son talent » ? D’après Jules Renard, « Le talent, c’est une question de quantité. Le talent, ce n’est pas d’écrire une page, c’est d’en écrire trois cents » ! Ce point de vue est plein de bon sens ! Un artiste peintre ne réalise pas qu’un seul et unique tableau, un compositeur créée plusieurs partitions différentes, un sportif peut pratiquer plusieurs sports ou jouer plusieurs matchs, un scientifique utilise et étudie différentes sciences… Soit ! Il s’agit d’exercer un métier avec plus ou moins de… talents !

Mais l’exercice d’un métier expose bien souvent l’homme de talents aux regards extérieurs, à des dangers ou des menaces souvent inattendu(e)s : les critiques ! Il existe une citation de Samuel Taylor Coleridge (1772-1834) particulièrement bien sentie : « Les critiques sont généralement des gens qui auraient été poètes, historiens, biographes, s’ils avaient pu ; ils ont essayé leurs talents d’une façon ou d’une autre, et n’ont pas réussi ; en conséquence, ils se sont faits critiques ».

Devons-nous alors considérer les critiques comme nulles et non avenues ? Oh que non ! La critique constructive, méliorative, est nécessaire pour progresser et atteindre l’excellence… Rester humble, toujours rechercher la perfection, être en éveil, s’ouvrir aux idées nouvelles, voilà bien des qualités nécessaires pour réussir et exploiter les talents ! Les critiques péjoratives, subjectives et capables de dévaster un individu, sont à proscrire !! Rencontrer de tels individus ou de tels propos ne sont pas rares et l’Homme de talents doit tenir bon face à ce genre d’ignominies, face à ces parasites… Et pour cela, il faut du courage ! Le courage de croire en ses talents, le courage de suivre et de tracer sa voie… Pour finir, « Il y a plus de courage que de talent dans la plupart des réussites » (Félix Leclerc, 1914-1988).

Annelise Bocquet

Pour vivre l’exceptionnel, il faut du talent… mais surtout du courage !
Étiqueté avec :