thumb_IMG_3326_1024

Véronique Fournier soutient The Next Step by Femmes remarquables, elle nous explique pourquoi.

Comment avez-vous connu l’association « The Next-Step by Femmes remarquables » ?

J’avais en son temps suivi la campagne des portraits « elles ont osé être remarquables » via les réseaux sociaux, et la naissance de Femmes Remarquables – j’avoue que le titre ne m’avait à l’époque pas laissée indifférente (l’association des 2 termes n’appartenant pas au langage courant !), puis, intriguée, j’avais participé au 1er événement annuel de 2015, que j’avais particulièrement apprécié. J’y ai retrouvé des « femmes – mais aussi des hommes cotoyés dans d’autres réseaux d’entrepreneurs, fait de nouvelles rencontres, et découverts des talents d’hommes et de femmes remarquables.

Pourquoi et en quoi soutenez-vous l’association ?

L’association a fait un appel récent à un partenaire « graphiste » en vue de refondre l’identité visuelle de l’association et ses supports de communication, toujours via les réseaux sociaux. Le capital sympathie de l’association m’a fait forcément candidater. Pour être honnête je n’avais pas spontanément imaginé un partenariat comme bénévole. Femme et professionnelle de conviction, je suis éthiquement assez révoltée par certaines mauvaises pratiques courantes d’exploitation d’expertises, gracieusement (sous couvert de notoriété et visibilité à gagner),  contribuant ainsi à dévaloriser ces mêmes expertises ou ceux comme moi qui les vendent habituellement comme prestations intellectuelles (et oui il faut bien vivre, et surtout c’est un vrai travail !…). Ceci étant dit, et après démonstration d’un fonctionnement de l’association basé uniquement sur des dons, sponsors et bénévolats, c’était pour moi une occasion de m’engager sur la base de cette exception qui ne confirmerait pas la règle… J’ai donc confirmé ma proposition de prestations – notamment – graphiques au sein du pôle communication de l’association. C’est une façon de m’engager à la fois comme professionnelle/ET bénévole sur un projet qui me parle.

Qu’est-ce que l’expression « The Next Step » vous évoque ?

La prochaine étape, un pas devant l’autre… un cheminement, un parcours, non pas tracé et sans embûches, façon escalier qu’il ne reste plus qu’à emprunter mais une progression, un progrès (individuel ou collectif) marquant… Ce qui nous (me) fait avancer. Le « et après ? » ; on tend vers quelque chose, l’atteindre n’est pas forcément le but, l’intérêt est dans le cheminement, la remise en cause(en route) pour aller plus loin, plus haut, se surpasser, se dépasser soi (pas les autres, on s’en f.. c’est pas une course individuelle !!)

Comment et pourquoi la thématique 2016 « Allegria, la rébellion positive » vous interpelle ?

Tout d’abord parce qu’on y parle de « rébellion », et que je SUIS (et qualifiée) de rebelle. Pour moi cela n’a jamais eu de connotation négative, mais c’est une vrai valeur : la colère, la révolte, l’atypisme, le non conformisme pour peu qu’ils soient teintés de positivité sont de vrais moteurs et forces. Je ne veux pas être condamnée à être résignée. Je veux interagir avec ma zone de liberté, de reprise de pouvoir. Puis vient l’allégresse, la joie… ces termes ne laissent pas indifférents et interpellent forcément dans un contexte de morosité et de terreurs ambiantes On a plus que jamais besoin de positivité, de joies et de bonheurs…même ou surtout les plus simples. On oublie trop souvent (facilement) ces notions, embourbés dans nos quotidiens fussent-ils rebelles et disruptifs. L’association de ces termes ne m’a donc pas laissée indifférente et m’a particulièrement intriguée…
J’ai hâte de découvrir comment ce thème sera abordé et traité collectivement le 18 mars… Hâte de découvrir ce que je/nous en ferons

Quelle est votre conception d’un « rebelle positif » ?

Je crois avoir un peu répondu en préambule de ma réponse précédente. Pour développer je dirai que c’est quelqu’un qui se différencie et qui assume sa disruption en en faisant une force positive, communicative i.e qui ne laisse pas indifférent. Quelqu’un en rupture mais dans la construction, l’élaboration d’un autrement, d’un autre chose. La rupture pour être positive et productive ne devant impliquer l’isolement et le refus des autres mais leur ouverture.

En quelques lignes, expliquez-nous pourquoi vous êtes ou n’êtes pas un rebelle positif.

Un exemple, le plus récent dans mon parcours : il y a 4 ans j’ai repris ma liberté en démissionnant de la fonction publique pour Entreprendre… avec force et conviction (folie pour certains), et pourtant sans filet ni parachute, convaincue que j’avais de la valeur ajoutée à proposer et à vendre tout en me différenciant, ce dans un secteur pourtant ultra concurrentiel et saturé (je parle de la com’). Le parcours n’est pas sans embûches, ni simple, mais la liberté à un goût que j’espère communicatif pour mes enfants en espérant ne pas leur en léguer le coût… Croire en soi et ne pas en découdre, sortir de sa zone de confort, oser… c’est déjà de la rebellion positive, non ?

Qu’auriez-vous envie d’ajouter ?

The Next Step (pour moi) : allegria !

 

Véronique Fournier développe pas une mais deux activités, Rebelle Positive jusqu’au bout  !

new-logo2-blanc-transparent-01     logo5-01

www.commeyouandme.fr
www.juste-une-impression.com

Alors Véronique ? Rebelle Positive ?