Pamela Bouthilier et sa fille Nayomi
Pamela Bouthilier et sa fille Nayomi – photographie Delphine Chenu

Pour beaucoup d’artistes et de praticiens, la danse symbolise la vie. Si nous bougeons, si nous sommes en mouvement, c’est parce que nous sommes en vie!
La danse n’est pas seulement réservée à un groupe de spécialistes, à une « élite ».
Nous commençons à bouger dès les premiers instants de la vie, dès nos premières cellules… Vous êtes tous danseurs mais vous l’ignorez, dirait Ucka.

 

Un jour, une danseuse, une talentueuse, a su sublimer cette « sustantifique moelle » du mouvement et de la danse.

Vous pouvez la découvrir dans ce reportage de Djamel Mazi, jeune homme talentueux lui aussi, primé par le club de la presse du nord-Pas-de-calais (grand prix 2014)  pour ce reportage :


Le reportage de Djamel Mazi, lauréat du Grand… par clubdelapresse

 

Handicap le miracle de la danse « Mère d’une petite Nayomi, née avec une lésion cérébrale, Pamela a utilisé son expérience de danseuse professionnelle pour rééduquer sa fille. Encouragée par les impressionnants résultats obtenus, elle a ensuite décidé de faire partager les bienfaits de la danse à d’autres personnes handicapées dans des ateliers « .

Pour la mère et la fille, la danse a été une renaissance.

Pamela Bouthilier , danseuse professionnelle a redécouvert son art et ses possibilités d’expression

«J’ai longtemps pensé qu’on ne pouvait danser qu’avec des danseurs valides. À travers 8temps, je renais en tant que danseuse. Quand bien même le corps est réduit à un minimum, il est porteur de créativité. ». Lire l’article d’Angélique Da Silva-Dubuis.

Elle a tout naturellement créé un spectacle de ces expériences et réalisé un documentaire « mejuna , regarde moi danser« 

« Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus » – Pina Bausch
Étiqueté avec :